En plus d’être une ville magnifique, Trinidad est juste à quelques km de la mer. On s’est trouvé une mini croisière en catamaran pour passer une journée sur l’île de Casa Macho. Évidemment tout est compris, du repas de midi, aux boissons, alcoolisées ou non.

L’ambiance sur le cata est bonne, plutôt orientée bronzette. Le premier arrêt se fait en pleine mer, un peu avant l’île pour nous permettre d’aller voir la barrière de corail, et les poissons avec masque et tuba. Très sympa, et surtout très coloré (même si je trouve toujours ça un peu fade à côté de ce qu’on peut voir filmé par des pro)

L’île elle-même est paradisiaque, chaise longue et sable blanc. Elle est uniquement peuplée d’iguanes de tailles respectables et de jutias de Cuba (de gros rongeurs endémiques). Ces autochtones non seulement n’ont pas peur de nous, et ont bien assimilé les touristes à la nourriture qu’ils peuvent apporter… Il faut surveiller son sac. 😉

Nous rentrons en fin d’après-midi sur Trinidad, un peu tard pour des photos car les contrastes sont déjà bien marqués. Ça ne nous empêche pas de profiter de la ville encore un peu.

Pendant ces quelques jours à Trinidad, je n’ai pas parlé des restaurants, et de la musique qui va avec, mais on en a bien profité. Pour notre dernière soirée, nous prenons un restaurant de plein air, avec un énorme manguier qui en journée fait de l’ombre à toute la terrasse. Sauf qu’une fois installés, le vent se met à souffler, et des mangues à tomber. 😉 Visiblement ça fait mal de s’en prendre une sur la tête, et tout le monde est un peu stressé à chaque rafale. 😉 On va abréger notre repas au maximum. Mais avant de partir, Barbara ramasse toutes les mangues qu’elle peut pour le dessert.